lyon_confluence

J'aime cette pointe de presqu'île
Ce point d'encrage de ma ville
Où  Rhône majestueux et Saône échevelée
font l'amour en tourbillons équivoques.
J'aime tes lèvres qui se noient à ma source quand le feuillage bruisse
L'odeur de l'eau vive et du grand figuier
Le diapason des corps
Et les temps oubliés