maxime_le_forestier2250788050_9462a75e0f

Hier, je suis allée écouter aux nuits de Fourvière, deux artistes qui ont accompagné mes premiers pas autonomes vers la chanson. Je veux dire que jusqu'à un certain âge on écoute plutôt les références parentales, et puis un jour un vole de ses propres oreilles : ces deux-là ont donc fait parti de mes premières émotions intimes sur mon tourne disque jaune, dans ma chambre de pré-ado.

Hier soir, hélas, tout à mal commencé : le métro est tombé en panne, puis le funiculaire et j'ai dû me taper la montée du Gourguillon84249_Fourviere_Hill_Lyon au pas de course pour arriver à l'heure et surtout trouver une place digne de ce nom, ce qui veut dire pour moi "devant-contre-la-barrière" !
Mais que nenni, point de barrière, point de fausse pour danser, juste un parterre d'élus  endimanchés, dont Azouz Begad, enfin c'est le seul que j'ai su identifier :-)

Bref, j'étais quelque peu contrariée quand une dame, vêtue d'un ensemble vert vomitif est venue poser son postérieur encombrant dans mon espace vital pour déblatérer sa vie au téléphone : ah que oui elle avait fait des confitures cet aprem, ah que non son mari qu'il a pas pu venir à cause de la livraison IKEA etc etc : encore un mot et je lui faisais bouffer sa puce enrobée de bakélite et elle finirait sa soirée au poste de secours ! Je suppose que mes pensées malveillantes ont fait friture sur sa ligne orange, car la dame est partie sans demander son reste, emportant avec elle son tissus épinard et le fil de sa vie : ouf !

Enfin bon, je n'étais pas dans les meilleures dispositions quand Maxime Leforestier est entré en scène, discret et classe. Pourtant après quelques notes de guitare, ses mots et sa voix m'ont enroulée dans un petit serpentin de velours et m'ont laissée dans cette extase cotoneuse jusqu'à la fin de sa prestation acoustique : deux guitares sèches, une contrbasse et un percitionniste latino... Du bonheur, en somme.
Une enfilade de petites perles pour un petit bijou de chansons merveilleuses comme :

Restons Amants

A 22h15 Maxime laisse la place à Véronique Sanson pour un concert échevelé, drôle et sensible de presque trois heures !
Une ambiance à vriller les étoiles, des musiciens et choristes sublimes pour un voyage entre rock'n roll et sensibilité, un voyage en frisson où l'essentiel reste la beauté du partage et un piano magique.
Avec Véro tout est démesure : le rire, les larmes, la passion... Et moi j'aime à la folie ses mots qui me capturent le coeur et son timbre qui dystille sous ma peau l'Amour de la vie... Jusqu'à la mort.

Redoutable