Flamenco_2_

J’ai dans le sang une lignée rebelle
De femmes magnifiques poussées au grand soleil
Ombres de lumières généreuses et si belles.
Comme elle je me sens femelle avec mon amant
Et parfois si louve auprès de mes enfants.
J’ai appris à me battre toujours dans la douceur
À résister aux lignes droites, à défier mes peurs.
Comme elle j’ai la joie facile, le rire qui dégouline
Les sens qui butinent la soie et les dentelles
Le corps gourmand et libre mais à jamais fidèle

J’ai sur le bout des lèvres le chant languissant
D’aïeules fières et seules, bousculées par les vents
Traversant les frontières, les guerres et les tourments.
Comme elles j’ai la force de vie inscrite au creux des reins.
Je veux croire en l’amour et la force du destin.
J’ai appris la patience, la franchise et la ténacité
Qui sculpte en silence les égéries insensées
Comme elles j’ai en sourdine quelques danses sharqi
Tissant goutte à goutte des philtres raffinés
Qui voilent et dévoilent mes désirs, mes envies

J’ai dans les yeux toutes les foudres du ciel
D’ancêtres cévenoles, orientales et latines
Le goût indomptable des serments  passionnels.
Comme elles je m’enivre d’ambre et d’églantine
De jasmin, de bijoux, de flacons et d’ongans.
J’ai appris à goûter la cardamome, la cannelle et l’origan
Et le seigneur chocolat sur son grand lit de miel.
Comme elles j’ai la nostalgie des lointains gynécées
De leurs bains chuchotés parfumés et secrets
Les cheveux satinés d’argan et de tiaré.